Grossesse

ALIMENTATION PENDANT ET APRES LA GROSSESSE

Que vous soyez enceinte, que vous ayez accouché et que vous allaitiez bébé, que vous ayez besoin de perdre du poids ou que vous vous posiez des questions sur la diversification alimentaire de votre enfant, alors vous avez certainement besoin de démêler le vrai du faux… A quel âge faut-il commencer la diversification ? Est-ce que les petits pots sont fiables ? Vais-je réussir à perdre le poids que j’ai pris ? Qu’ai-je vraiment le droit de manger pendant ma grossesse ? Autant de questions qui peuvent vous encombrer l’esprit. Je répondrai, lors de rendez-vous privilégiés, à vos questions et vous composerai un programme alimentaire personnalisé, adapté à vos besoins et modulable en fonction de la période.

ATTENTION: Que ce soit pendant la grossesse ou pendant l’allaitement, la consommation d’alcool est proscrite. Voir l’alcool et la grossesse.

Alimentation pendant la grossesse

Vous attendez bébé ? Félicitations ! Il s’agit d’une excellente nouvelle !

Lors de cette période votre organisme doit continuer à assurer ses fonctions de base pour maintenir votre  santé. Il doit également s’adapter pour assurer le bon développement du fœtus. Bien que certaines adaptations métaboliques soient mises en place, vos besoins alimentaires sont modifiés. Attention, il ne s’agit pas de manger pour deux. Il s’agit de veiller à adapter vos apports nutritionnels à vos besoins pour éviter les carences pour vous ou le fœtus.

Alimentation après la grossesse

L’allaitement

Vous avez fait le choix d’allaiter votre enfant ? Ce mode d’alimentation est le meilleur pour lui. Tout comme pendant la grossesse, votre organisme doit s’adapter à cette période car il n’y a pas  d’adaptation métabolique. Votre alimentation doit donc couvrir vos besoins et ceux nécessaires pour assurer une production de lait quantitative et qualitative pour le bien-être de bébé.

La diversification alimentaire

En tant que parent nous voulons éveiller nos enfants à de nouvelles choses. Cette « ouverture » passe aussi par l’alimentation. Nous sommes très souvent pressé de lui faire découvrir de nouvelles saveurs et textures. Mais il est important d’être prudent. Un rapport de l’ANSES (Agence Nationale pour la Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail) nous informe de l’augmentation des taux d’allergie alimentaire. En effet, en 2015 3,5 % des adultes et 8 % des enfants français sont touchés contre 1 % de la population en 1970. Le nombre d’aliments potentiellement allergisants ne fait que croître. Il est donc nécessaire de prendre le temps pour effectuer au mieux cette transition et de faire attention aux aliments que nos têtes blondes ingérerons.